Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Commentaire d’Évangile - Pâques B

Ce matin, proclamons la Résurrection du Christ avec les mots de l’Évangile de Luc annonçant la Nativité : « Soyez sans crainte ! Voici que je vous annonce une grande nouvelle qui sera une joie pour toute l’humanité. Aujourd’hui, la vie a gagné ! Allez à Jérusalem: vous trouverez un tombeau vide ! »

Il n’est pas ici

N’ayez pas peur ! Vous cherchez Jésus de Nazareth, le Crucifié ? Il est ressuscité : il n’est pas ici !” Les femmes étaient venues à la rencontre d’un corps enseveli afin d’accomplir des rites de deuil, et voici qu’elles découvrent une tombe vide. Leur recherche du corps mort du Seigneur n’a plus de sens : “Pourquoi cherchez-vous le vivant parmi les morts ?” (Luc 24, 5).
Le tombeau n’est plus le lieu où réside la mort soigneusement enfermée derrière une énorme pierre poussée devant l’entrée comme un point final. Cette pierre, poids écrasant de la mort, a été “
roulée”, “enlevée du tombeau” (Jean 20, 1), arrachée à son logement. La Résurrection du Christ ruine à jamais le règne de la mort symbolisé par le sépulcre. Il faut donc lire les récits du matin de Pâques comme une annonce solennelle de la victoire de la Vie sur la mort. C’est ce que ne cesseront de proclamer les premiers témoins : “Dieu l’a ressuscité… car il n’était pas possible que la mort le retienne en son pouvoir” (Actes 2, 24). Les icônes orientales de la Résurrection traduisent admirablement ce resplendissement de la Vie.

Vous êtes ressuscités

En contemplant et célébrant la Résurrection du Seigneur, nous fêtons notre propre victoire puisque toute l’humanité est aspirée par lui vers la Vie.
“Vous êtes ressuscités avec le Christ”, affirme l’apôtre Paul. “Avec lui, il nous a ressuscités” (Éphésiens 2, 6). Cette vie nouvelle et éternelle en Christ est insérée dès maintenant dans notre devenir de baptisés.
Ainsi, dans la force de vie qui nous vient du Christ, nous sommes appelés à ressusciter tous les jours, c’est-à-dire à faire jaillir la vie en nous-mêmes et autour de nous. Dès lors,
notre mission est claire : être des vivants et faire vivre ! Il nous faut donc apprendre dès aujourd’hui à nous libérer de ce qui est force de mort en nous : péché, violence, déchéance du corps et abrutissement de l’esprit, abandon et mépris de soi…
Pâques conduit à l’émerveillement pour toutes les formes de vie sur la terre. Un baptisé prend la vie, toute vie, au sérieux!

1re Lecture : Actes 10,34-43

La première lecture du dimanche de Pâques, 4 avril 2021 (année B) souligne que notre foi en la résurrection de Jésus repose sur le témoignage des apôtres. Voici comment ceux-ci en rendent compte.

Le livre des Actes des Apôtres nous transmet les premières proclamations des disciples de Jésus après le départ de leur Maître, avec toujours le même message : Jésus a été mis à mort, mais Dieu l’a ressuscité. Pas étonnant qu’ils répètent chaque fois les mêmes propos : rendez-vous compte, ils venaient de faire l’expérience la plus extraordinaire et la plus renversante qui soit, ils venaient de vivre quarante jours avec un homme qui avait été mis à mort et qui s’est présenté à eux, ressuscité. C’est par ce message que Pierre prépare un païen, le centurion Corneille, à recevoir le baptême.

Ces quelques lignes résument donc toute notre foi, celle qui est nécessaire pour être baptisé.

2e Lecture : 1 Corinthiens 5,6-8

Dans la deuxième lecture du Dimanche de Pâques, 4 avril 2021, l’apôtre découvre un sens nouveau aux rites de la Pâque ancienne, celui que suggère la victoire du véritable agneau pascal.

Paul recherche toutes les comparaisons possibles pour faire découvrir la réalité de la résurrection et ses implications dans la vie des croyants. La création suggère la comparaison spatiale : si la mort entraîne vers le bas et enfouit dans la terre, la résurrection, au contraire, relève et fait monter.

Quant à l’expérience religieuse juive, elle suggère la comparaison des pains nouveaux, sans levain. En effet, chaque printemps, au moment de Pâques, on procédait au grand nettoyage. Cela concernait aussi le pain, car pour faire lever la pâte, on ne connaissait alors que le levain, prélevé sur la fournée précédente. Chaque printemps, on se débarrassait du vieux levain pour recommencer le processus à neuf. La conversion chrétienne est du même ordre, elle est une nouvelle vie.

Signes d’Aujourd’hui

Évangile : Jean 20,1-9

Dimanche de pâques, le 4 avril 2021 (année B). La nouvelle est étonnante : Jésus est ressuscité. Le premier jour de la semaine, tout le monde court vers le tombeau… Mais c’est celui qui voit avec les yeux du cœur qui comprend les signes et qui croit.

La nouvelle de la résurrection était si étonnante pour les apôtres, qu’ils ont évidemment voulu la vérifier en courant vers le tombeau. Et là qu’ont-ils découvert ?

Qu’y avait-il à voir au tombeau ? Rien, le vide. Remarquons quand même les quelques signes révélateurs : la lourde pierre a été roulée, les linges sont restés là, rangés. Le tombeau et le linceul ne servent plus à rien, sinon à témoigner de leur inutilité, puisqu’ils étaient destinés à un mort, qui n’est pas mort. De plus, la présence du linceul plié exclut l’hypothèse d’un enlèvement, que suggérait Marie Madeleine, car les ravisseurs auraient normalement emporté le corps dans ces linges. Les deux disciples repartent donc.

Heureusement, car c’est dimanche, premier jour de la semaine, le Ressuscité les attend ailleurs, dans le groupe des disciples, pour leur insuffler à eux tous son Esprit de vie et les ressusciter à leur tour. Nous continuons à appeler ce tombeau « Saint Sépulcre », or le Saint s’en est évadé. Les chrétiens orientaux sont plus logiques dans leur foi, ils l’appellent « Anastasis », « Résurrection ».

Signes d’Aujourd’hui

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Paroisse St-Jean-Baptiste d'Arcangues


Voir le profil de Paroisse St-Jean-Baptiste d'Arcangues sur le portail Overblog

Commenter cet article