Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Commentaire d’Évangile - 3e carême B 14 mars 2021

L’évangile de ce 4e dimanche de carême de l’année B (14 mars 2021) nous dit combien Dieu aime le monde pour lui envoyer son Fils. Ainsi la lumière est venue dans le monde. Croire revient donc à accueillir le Salut qui nous est proposé.

Une mère de famille confie que sa cadette manifeste sa révolte à propos des violences ou des catastrophes en disant : “Dieu est-il en grève?” Le spectacle du mal et de la souffrance dans le monde pose question. “Et Dieu dans tout ça?” Serait-il indifférent ou impuissant? Les lectures de ce dimanche nous apportent un message d’espérance et d’optimisme.

Dieu a envoyé son Fils

Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique”. Le Christ est la plus haute expression de l’amour du Père pour ce monde. En nous donnant Jésus, “Dieu sauve”, il s’engage à sauver ce qu’il a créé par amour. “A cause du grand amour dont il nous a aimés, nous qui étions morts par suite de nos fautes, il nous a fait revivre avec le Christ.”
Comment Dieu nous sauve-t-il ? Rarement par miracle et d’une manière spectaculaire. Très souvent, nous avons été, à notre insu, protégés de grands dangers, sans penser à rendre grâce. Nous sommes aidés et guidés de l’intérieur de notre être.
Ce qui est en jeu, au-delà de saluts quotidiens si importants pour nous, c’est notre salut définitif :
“Que tout homme qui croit obtienne la vie éternelle”.

 

Tournons vers lui notre regard

Sur la route de l’Exode, les Hébreux, mordus par des reptiles, avaient été sauvés en portant leur regard sur la représentation d’un serpent sur un poteau. Jésus a associé son “élévation” sur la croix à ce symbole, mais, cette fois, pour le don de la vie éternelle.
Ce regard vers le Christ sauveur est un regard de confiance et d’espérance! En voyant le monde troublé et violent, en ce début du vingt-et-unième siècle, comment ne pas douter parfois de son salut ? Pourtant, nous n’avons pas le droit de céder au pessimisme. Comme l’écrit Paul,
“Dieu veut montrer, au long des âges futurs, la richesse infinie de sa grâce.”
Mais cet optimisme n’a rien de béat ; il est engagé. Dieu ne nous sauve pas sans nous. Il nous faut “agir selon la vérité”.
Nous percevons déjà des signes positifs indiquant que le mal peut être vaincu : la montée du mouvement citoyen contre la tyrannie ; les premiers balbutiements d’une organisation du commerce mondial plus équitable ; la mobilisation des jeunes pour la justice et pour la paix ; la fin de l’impunité des criminels internationaux ; l’ouverture de la jeunesse à la dimension spirituelle de l’homme…
Nous sommes encore loin du “grand jour”, mais ces petites lumières de vérité percent la “nuit”.
Non, Dieu n’est pas “en grève” ! Ne le soyons pas non plus !

Père Joseph Proux - Signes d’Aujourd’hui

1re lecture : 2 Chroniques 36,14-23

La 1ère lecture du 4e dimanche de carême B (14 mars 2021) est tirée du Livres des Chroniques. L’exil à Babylone fut une terrible épreuve pour le Peuple d’Israël, mais aussi une grande leçon. En voici une évocation globale.

L’histoire du premier Peuple de Dieu, entre la sortie d’Égypte et la venue de Jésus, est une longue suite de conquêtes, d’installations, de moments de ferveur, de bons rois, et à l’inverse d’infidélités à Dieu, de rois injustes, de guerres, de déportations, et ensuite de libérations.

À chaque malheur qui s’abat sur Jérusalem, des prophètes viennent sermonner le peuple et lui faire découvrir son péché, tout en lui révélant la fidélité d’un Dieu qui n’abandonne jamais son peuple.

La lecture de ce dimanche résume ce qui fut une des plus grandes épreuves pour Israël, l’exil à Babylone, après la victoire d’un roi païen, qu’un opéra a rendu encore plus célèbre. Elle annonce aussi comment un autre roi païen a permis le retour à Jérusalem.

2e Lecture: Éphésiens 2,1-10

La seconde lecture de ce 4e dimanche de carême B (14 mars 2021) est tirée de la lettre de saint Paul aux Éphésiens. Nous avons tant de raisons d’appeler Dieu notre Père. L’apôtre nous explique l’une d’elles : la gratuité des dons et des bienfaits de Dieu.

Dans les Églises d’Orient, les icônes de la Résurrection représentent le Christ glorieux prenant par la main Adam et Ève, ou la foule des justes d’autrefois, pour les associer à sa victoire sur la mort. De même en Occident, sur les crucifix traditionnels, les ossements figurés au pied de la croix évoquent Adam.

Ces images expriment visuellement ce message de l’apôtre : l’humanité, représentée par Adam, est la grande bénéficiaire du don que Jésus a fait de sa personne, elle en obtient l’accès à la vie, un don gratuit de Dieu, que nous ne pouvons monnayer par des mérites personnels.

Évangile : Jean 3,14-21

Dans cet évangile rapporté par Jean, lu ce 4e dimanche de carême B (14 mars 2021) Jésus, pour nous éclairer sur le mystère de la Croix, évoque un événement de l’Ancien Testament qui manifestait le souci de Dieu pour son peuple.

Abaissement et élévation, mort et vie, lumière et ténèbres, ce langage dualiste est habituel dans l’Évangile selon saint Jean. Il nous introduit dans le mystère de Pâques. Le supplice de la crucifixion était une terrible humiliation, l’anéantissement brutal et complet d’une vie humaine. Mais paradoxalement, ce supplice consistait à élever le condamné.

Or le peuple hébreu gardait dans sa mémoire l’image d’un serpent d’airain élevé en l’air et fixé sur un poteau, grâce auquel il fut délivré d’un terrible fléau qui avait failli provoquer la mort de tout le peuple (c’est l’origine du caducée). Ce souvenir permettait d’éclairer le mystère de la Croix. L’autre comparaison, celle de la lumière, nous est plus familière, surtout en cette saison où les jours s’allongent, gagnant sur les ténèbres.

Notre regard est souvent pessimiste, quand nous estimons que le monde est pourri, envahi par les ténèbres. Alors, nous désespérons. Mais Dieu ne pense pas ainsi, puisqu’il a tant aimé le monde qu’il a envoyé son Fils, pour le sauver. Il poursuit cette œuvre dans notre temps et par nous il voudrait élever le monde et l’éclairer, pour le ressusciter.

Signes d’Aujourd’hui

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
À propos
Paroisse St-Jean-Baptiste d'Arcangues


Voir le profil de Paroisse St-Jean-Baptiste d'Arcangues sur le portail Overblog

Commenter cet article