Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Commentaire d’Évangile du 29 novembre 2020

En ce 29 novembre 2020, premier dimanche de l’Avent B et début de la nouvelle année liturgique, quel sens faut-il attacher à l’avertissement du Seigneur dans l’évangile selon saint Marc 13,33-37 : « Veillez, car vous ne savez pas quand viendra le moment » ? De quel moment veut-il parler ?

Le moment du retour

Le Seigneur se décrit ici comme un voyageur absent pour un temps, dans la perspective d’un retour dont nous ne savons « ni le jour, ni l’heure ». Ce « voyage » prolongé est une allusion évidente à son absence visible actuelle, dans le temps de l’Esprit et de l’Église. En réalité, ce temps est celui de la confiance qu’il nous fait en «nous donnant tout pouvoir et en fixant à chacun son travail ». Son absence est si brève qu’il ne cesse pas de venir à tout moment. Il est « avec nous tous les jours…» (Matthieu 28, 20). «Voici que je me tiens à la porte et je frappe…» (Apocalypse 3, 20). Sa visite est d’une imminence permanente, pour les mille et un rendez-vous que Dieu nous fixe, sous de multiples visages, au hasard des événements, à l’improviste, à toute heure… Sommes-nous des «portiers» éveillés ?

Le moment de l’épreuve

Le moment de l’épreuve arrive le plus souvent d’une manière inattendue : accroc de santé, crise de couple, échec professionnel… Endormi dans la facilité, anesthésié par la routine, hypnotisé par l’aveuglement sur soi-même, comment pourrait-on tenir sous le choc ? Veiller veut dire avoir le courage de s’arrêter pour faire le point lucidement. Veiller signifie reconnaître ses erreurs, ses limites et ses faiblesses. La foi, mise à l’épreuve, peut « se dessécher » peu à peu faute d’être alimentée aux sources de la prière et des sacrements de la Vie, se limiter à l’apparence de quelques habitudes et de quelques gestes sans véritable relation avec le Seigneur. « Veilleur, que dis-tu de ta foi ? »

Le moment des choix

L’évolution de nos sociétés s’accélère en ce début de siècle… Le progrès technique n’a pas résolu tous les problèmes ; il en a même posé d’autres, notamment au niveau de la survie de la planète et du partage des richesses. Les progrès accomplis par la science et la technique en génétique sont prometteurs. Sans régulation éthique, ils comportent également des risques pour le devenir humain. L’humanité est à l’heure de choix capitaux pour son devenir. Ne nous laissons pas endormir par le chant des sirènes des pouvoirs politiques et médiatiques ! Soyons éveillés et éveilleurs ! Mettons notre confiance dans le Seigneur ! « C’est lui qui nous fera tenir solidement ».

Signes d’Aujourd’hui

1re lecture Is 63-64,7

Dimanche 29 novembre 2020, 1er dimanche de l’Avent, année B. Le prophète Isaïe (Isaïe 63,16b-17.19b ;64,2b-7) nous entraîne dans une prière pleine de confiance, un cœur à cœur avec Dieu, qui vient à nous.

Cette lecture est extraite d’une magnifique prière, adressée à Dieu au nom de tout le peuple, au temps de l’exil. Chaque fois que les fidèles se trouvaient dans cette situation éprouvante, ils faisaient retour à Dieu, se souvenant de ses actes de bonté d’autrefois et l’invoquant pour qu’il les délivre.

Cet extrait évoque de façon poignante le découragement des fidèles de Dieu, obligés de vivre dans une civilisation qui ne partage pas les mêmes valeurs qu’eux. Les appels à l’aide témoignent d’une grande confiance, qui va jusqu’à la remise de soi entre les mains de Dieu, dans cette expression si suggestive : “Nous sommes l’argile, tu es le potier”.

signes d’Aujourdhui

2e lecture: 1 Co 1,3-9

Dimanche 29 novembre 2020, 1er dimanche de l’Avent, année B. Noël approche. Nous sommes en attente et l’apôtre Paul, dans cet extrait de sa première lettre aux Corinthiens, nous révèle un au-delà de Noël, le Jour de Dieu.

Cet extrait illustre bien la parabole des talents, dans l’évangile proclamé le 14 novembre, car l’apôtre dresse comme un inventaire de tous les dons que Dieu confie à nos communautés : la Parole, la connaissance de Dieu, le témoignage rendu au Christ (Dieu l’a exalté), les dons spirituels. Tous ces biens ont déjà été accordés par Dieu et Paul s’émerveille devant tout ce qu’ils apportent à l’existence chrétienne.

Dans notre civilisation, où l’on a toujours peur de ne pas avoir assez, et les préparatifs de Noël exaspèrent encore cette impression, Paul proclame : vous avez reçu tout ce qui vous est nécessaire, rien ne vous manque quand il s’agit de préparer le retour du Christ.

Signes d’Aujourdhui

Évangile : Mc 13,33-37

Dimanche 29 novembre 2020, 1er dimanche de l’Avent, année B. Cette invitation à la veille active exprimée dans cet évangile selon saint Marc (13,33-37) sera renouvelée sans répit jusqu’à Noël : « veillez ! » C’est Jésus lui-même qui nous l’adresse.

Que veut dire “veiller” dans nos existences actuelles ? Jésus répond en déterminant le cadre dans lequel s’exerce cette veille active : c’est sa “maison”, ses communautés ou ses Églises, dont le développement nécessite de nombreux services. Lesquels sont-ils ? Un seul est nommé de façon précise, le portier. Mais les autres se laissent deviner, chaque serviteur ayant une responsabilité propre. Ces services sont liés à la mission apostolique et ont pour objet l’édification de la communauté (2 Co 10,8; 13,10).

Or c’est à partir des célébrations que cette édification se réalise, c’est là que se distribuent les biens que le maître en partant a confiés en dépôt aux serviteurs, tout ce que la table du Seigneur offre aux communautés : les multiples services de la Parole, de la prière, du Pain et du Vin de l’eucharistie, sans oublier les diverses formes de l’accueil, que recouvre la mention du portier.

Signes d’Aujourdhui

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Paroisse St-Jean-Baptiste d'Arcangues


Voir le profil de Paroisse St-Jean-Baptiste d'Arcangues sur le portail Overblog

Commenter cet article