Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

AVENT EN PANDEMIE

AVENT : temps de l’attente, de la préparation.

De Noël, bien sûr !

Et pourtant, nous, cette année, nous attendons toujours la fin de l’épidémie,

L’arrivée du vaccin, la reprise de nos rythmes habituels, le redémarrage de l’économie,

la vie sociale d’avant, le maintien des emplois, la possibilité d’évasion, etc..

Sans oublier la reprise des « cultes ».

Et nous attendons, nous attendons.

Dans l’incertitude, l’imprévisible, les contraintes.

Ce n’est pas très apaisant et confortable !!

Et pourtant, c’est dans ce contexte que nous allons revivre une autre attente :

 

Celle de l’Enfant-Dieu de la Nativité ! Noël.

Ce ne sera pas comme si de rien n’était !

Depuis le IV ème siècle, on a senti le besoin de vivre un temps de préparation à Noël,

manifesté par la prière, l’ascèse et la participation aux assemblées.

De là est venu, au VIème siècle le temps liturgique de l’Avent.

« Adventus », mot latin signifiant la visite annuelle faite par les dieux dans le temple qui leur était dédié ;

ou bien l’entrée en fonction d’un notable.

A partir de cet usage, l’Avent en est venu à désigner le temps où l’on se prépare dans son cœur et dans son corps, pour accueillir la naissance , dans la chair, du Fils de Dieu.

Certes, il est déjà venu ! mais il nous laisse à nouveau creuser en nous le désir de l’accueillir encore à l’intime de nos vies.

Et il reviendra comme il nous l’a promis : en effet, l’Avent oriente les croyants vers le retour du Christ à la fin des temps.

L’une et l’autre attente sont indissociables.

Pendant ces quatre semaines nous allons remettre nos pas dans ceux d’Isaïe, de Jean-Baptiste, de Joseph, d’Élisabeth, de Marie, grandes voix de l’attente messianique.

Vivons-les comme un parcours spirituel, en nous mettant en retrait par rapport à tout ce qui encombre.

« Comment pourra-t-on fêter Noël cette année ? »

entend-on dire !

Et si dépassant nos déceptions, nos rancœurs, nos ressentiments, nous en profitions pour mettre en évidence d’autres signes et gestes de Noël, plus sobres, plus sincères, plus authentiques ?

Après tout, comment a-t-on pu fêter Noël en temps de pauvreté, de précarité, de guerre ?

 

Les textes bibliques de cet Avent qui commence nous incitent à la paix, la justice, la vigilance, la conversion, la joie.

Essayons d’être inventifs dans ce temps présent.

Donc pour l’heure, que devons-nous faire ?

  • se mettre en attente : pour raviver en nous le désir de Jésus qui vient dans notre vie et notre monde tels qu’ils sont. Mais qu’attendons-nous ?
  • être disponible : pour ne pas se laisser envahir par des préparatifs uniquement matériels.
  • réactualiser sa prière personnelle : à l’Enfant-Jésus qui vient à moi, pour moi, qu’ai-je à dire ?
  • faire bouger ma vie (conversion) : pour en libérer d’autres dimensions, d’autres capacités..

VEILLER : c’est le grand appel de l’Évangile de ce dimanche.

Pour que le Seigneur nous trouve prêt à l’accueillir.

Alors Noël, cette année aussi, sera vrai et beau !

 

P. Dominique Sentucq

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Paroisse St-Jean-Baptiste d'Arcangues


Voir le profil de Paroisse St-Jean-Baptiste d'Arcangues sur le portail Overblog

Commenter cet article