Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Commentaire des lectures du dimanche 24 mai 2020

 

Voici quelques pistes pour commenter les Écritures.

1. Les lieux évoqués par la première lecture sont ceux qui jalonnent les premiers pas de l’Église naissante. Le mont des Oliviers a vu Jésus, au moment où il entrait en agonie, confier sa vie, ses disciples et sa mission au Père ; c’est également là qu’il leur annonça, avant son ascension, la prochaine effusion de l’Esprit Saint. A un “chemin de sabbat” de distance (un peu moins d’un kilomètre), se dresse Jérusalem, la cité sainte, où vient de s’accomplir le destin terrestre de Jésus. Les disciples s’y sont rendus sur l’injonction du maître pour y attendre la venue de l’Esprit. Ils montent à la “chambre haute”, qui leur est manifestement familière. Est-ce la pièce où s’est déroulée la Cène ou s’agit-il d’une salle à l’étage de la maison de Marie, la mère de Marc ? Luc ne le dit pas, mais il donne les noms de ceux et celles qui se réunissent là. Ce groupe, unanime, est assidu à la prière. C’est un temps d’attente et de gestation.

2. La grande “bénédiction” de Jésus, au terme de son discours d’adieu, est un modèle de prière dont on peut penser qu’il a inspiré la prière des disciples. Dans ces paroles se dévoilent à la fois l’œuvre du Père en son Fils et l’œuvre du Fils à travers ses disciples. Jésus entraîne le croyant dans l’intimité de sa relation avec le Père. Sa mission apparaît dès lors en pleine lumière : établir une communion profonde et durable entre Dieu et les hommes. Dans sa vie filiale, sa passion, sa mort et sa résurrection, il manifeste la gloire du Père, autrement dit : il nous apprend qui il est réellement. En même temps, il entraîne ses disciples dans sa relation d’amour et de fidélité au Père. L’existence chrétienne est l’espace où commence la vie éternelle, dans l’attente de son accomplissement en Dieu.

3. Dans cette ultime prière, le Fils glorifie le Père en même temps qu’il demande à celui-ci de le glorifier, lui, le Fils. En tant qu’homme, Jésus adore Dieu dans le rayonnement de son amour créateur et sauveur ; en tant que Fils, il prie le Père de manifester sa présence à travers la parole et l’œuvre de son Envoyé. Aux yeux des disciples, c’est la gloire de Dieu qui investit désormais le peuple que son Fils a suscité, conférant un poids d’éternité aux plus humbles réalités de la terre.

1re lecture : Ac 1,12-14

Dans le livre des Actes, après l’Ascension du Ressuscité, on s’attendrait à ce que Luc rapporte les réactions des participants. Rien de cela. Luc n’est pas journaliste. C’est un théologien qui dit la foi chrétienne.

Le Ressuscité a chargé “ceux qu’il avait élus pour apôtres” d’être “ses témoins dans Jérusalem, en Judée et en Samarie, et jusqu’aux confins de la terre”. Ils sont maintenant Onze puisqu’il manque Judas. Ils se rassemblent en ville. Viennent s’ajouter à eux “quelques femmes dont Marie, mère de Jésus, et ses frères”.

La famille de Jésus semble avoir eu une certaine importance aux premiers temps de l’Église. Mais pas suffisamment pour créer et assurer une sorte de pouvoir dynastique. Ce sont les Onze choisis par Jésus qui ont assuré finalement la continuité de l’action de Jésus.

Comme souvent, Luc souligne la nécessité de la prière pour se mettre à l’écoute de Dieu. La prière permet de prendre de la distance par rapport à ce que pensent les uns et les autres. Avant d’entreprendre, ne faut-il pas écouter ce que l’Esprit dit aux assemblées chrétiennes ?

2e lecture : 1 P 4,13-16

Dans la dernière partie de sa lettre, Pierre demande à ses amis de tenir bon dans la foi. Il sait qu’ils sont attaqués parce qu’ils ont donné leur confiance au Christ.

Pierre reprend la dernière des béatitudes : “Si l’on vous insulte à cause du nom du Christ, heureux êtes-vous”. Les chrétiens ont à se réjouir lorsqu’ils “communient aux souffrances du Christ”. Mais l’apôtre le spécifie bien. Ces souffrances, ces insultes n’ont pas à être recherchées. Ce ne sont pas les souffrances qui importent mais “la joie et l’allégresse quand la gloire de Jésus se révélera”. Ce ne sont pas les insultes qui ont du poids mais le fait que “l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu repose sur vous”.

Pierre insiste. Il ne faut pas se tromper. Il faut se réjouir, non pas de souffrir pour souffrir, mais d’être “chrétien”, c’est-à-dire d’avoir la joie de s’en remettre totalement au Christ.

Évangile : Jn 17,1-11

Le chapitre 17 de Jean se présente comme une longue prière. Dans la Bible, des personnages importants terminent leur ultime entretien par une prière à haute voix (voir par exemple Deutéronome 32-33). L’évangéliste s’est peut-être inspiré de ce “genre littéraire.

Jésus demande la “gloire” pour le Fils. Pour Jean, c’est au moment de la croix que Jésus, le Fils, est “glorifié” et qu’il nous fait le mieux connaître qui est Dieu.
Loin d’être un échec, la croix est “l’heure” du retour de Jésus vers son Père, l’heure où éclate sa “splendeur” (ou gloire). Jésus prie ensuite pour les disciples qui l’entourent. Pour l’évangéliste ces disciples sont aussi ceux auxquels il s’adresse.

Malgré les obstacles qu’ils rencontrent, ces chrétiens ont la chance de connaître le Nom de Dieu, grâce à Jésus. Le Ressuscité est avec eux. Il les envoie en mission. Les chrétiens rejoindront Jésus auprès du Père.

Traditionnellement, ce chapitre est appelée “prière sacerdotale”.
– Dans l’épître aux Hébreux, Jésus grand prêtre se tient près de Dieu pour intercéder en notre faveur (Hé 7,25).
– Au chapitre 17 de Jean, c’est le Christ Ressuscité qui intercède en faveur des croyants. En ce sens on peut parler de “prière sacerdotale”.

Mais à bien observer le texte, cette prière, avant d’être une prière d’intercession, a pour but de manifester aux lecteurs le lien étroit qui existe entre Jésus et son Père. Elle révèle qui est Jésus pour la foi chrétienne.

Retour à l'accueil

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

À propos

Paroisse St-Jean-Baptiste d'Arcangues


Voir le profil de Paroisse St-Jean-Baptiste d'Arcangues sur le portail Overblog

Commenter cet article